REVIEWS
couverture inrocks

Reza maitrise le don d’équilibriste entre pop néo-zélandaise et americana

Le troisième album de Reza débute avec une sorte de berceuse, voix murmurée, cordes pincées dans une subtile brume électrique d'où émergent au bout de trois minutes une batterie galopante et un fantôme de larsen. Mais ne nous emballons pas, la Tornade annoncée ne sera pas musicale, tant Reza maitrise le don d’équilibriste entre pop néo-zélandaise et americana. Inutile de chercher la lumière ailleurs donc que dans cette voix douce et claire qui glisse d’une chanson à l'autre dans un halo semi-acoustique rehaussé de ci de là de trompettes, de violons ou de vibraphone. La surprise vient plutôt de la reprise de la nuit je mens", délicatement posée sur des échos de lapsteel. Pour les amateurs de beaux objets qui n’ont pas soutenu le projet dès le départ, essayez de commander la version limitée avec ses dix illustrations rétro futuristes (une par chanson) que l’on peut placer dans un cadre en bois fait main, livré avec une pince pour le poser sur un bureau ou l'accrocher au mur.
[C] Juillet 2015

image filet gras
couverture inrocks

Reza, album écrin pour titres pop romantique

A ceux à qui auraient échappé ses précédents albums, un seul regard sur la présentation de Tornado, son nouveau recueil, suffit à rappeler le bon goût du Français Reza. Le disque, ainsi, nous est arrivé entouré d’un joli cadre en bois. Chacune des chansons qu’il contient a fait l’objet d’une délicate illustration. Reza est de ceux qui prennent le soin et le temps d’affiner leur travail, soignant autant l’écrin que l’ouvrage. Tornado aligne ainsi dix chansons pop portées par une voix grave et sensible à la fois, qui rappelle celle du bienfaiteur Stephin Merritt des Magnetic Fields. De Today Is the Day à A Man with No Country at All, le Français s’illustre dans la même veine pop romantique et bricoleuse. L’album s’achève sur une étonnante reprise de La nuit je mens, qui croise le fantôme de Bashung avec la classe de Leonard Cohen.
Johanna Seban Avril 2015

image filet gras
couverture inrocks

Tout aussi beau sur le plan musical qu'au niveau plastique

S’il ne fallait qu’une preuve pour s'en convaincre, sans doute faudrait-il commencer par celle-là, quand bien même elle se trouve placée en toute fin du troisième LP de Reza. Tout artiste capable de reprendre Bashung - a fortiori un titre aussi fortement marqué que La Nuit Je Mens - pour en proposer une relecture aussi sobre, digne et personnelle mérite pour le moins une attention respectueuse. Et même davantage. Car au-delà de cette reprise remarquable, le songwriter parisien d’origine iranienne chante ici de manière toute personnelle - et en anglais dans le texte - ses propres tourments et autres péripéties biographiques avec ce qu’il faut de maîtrise formelle et de détachement pour ne jamais s’enliser dans le pathos ou le dévoilement excessif. S’il est souvent question, devine-t- on entre les lignes poétiques, de perte et d’exil, de mort et de chagrin, cette palette d'émotions est travaillée avec suffisamment de nuances pudiques pour provoquer l'empathie sans la quémander de manière outrancière. Tout aussi beau sur le plan musical qu'au niveau plastique - il convient de saluer le travail graphique original accompli par Mathieu Persan -, Tornado bénéficie de la présence d’arrangements plus recherchés que sur les précédents albums. Ils sont cosignés par Antoine Pinet (H-Burns) et renforcent des compositions toujours solidement ancrées dans leurs racines folk. Dans ce contexte plein de délicatesse où le lyrisme est toujours retenu, les références classiques assumées (Léonard Cohen pour les descentes de baryton et l’enchaînement d’accords mélancoliques, David Bowie cité sur Room 502) n’entravent pas l’expression décomplexée des sentiments personnels. Elle n’en est que plus touchante.
MATTHIEU GRUNFELD mars 2015

image filet gras
logo platten

Ungeahnte Kräfte

Nein, Superman sieht sicher ganz anders aus als Reza, der nicht sonderlich groß gewachsene französische Singer-Songwriter iranischer Herkunft mit der Charakternase und den dichten Koteletten. Kein schlecht aussehender Typ ist er, vielleicht könnte man sagen: eine günstig geratene Mischung aus Cem Özdemir und Sacha Baron Cohen, aber eben auch kein gestriegelter, gescheitelter Muskelprotz vom Planeten Krypton. So verbirgt sich mindestens ein Augenzwinkern hinter der Benennung seiner dritten Platte; "Supermaan" kommt aus dem Niederländischen und bedeutet "Vollmond" - mit Sicherheit kein Zufall, sondern eine gezielte Homologie zum Titel der Vorgängerscheibe "Moonless". Ein Licht schien Reza in jedem Falle bei der Finanzierung von "Supermaan" aufgegangen zu sein: Mithilfe von Crowdfunding wurde die Produktion der Platte auf die Beine gestellt. "Supermaan" ist auf den ersten Blick ein klassisches Folk-Album. Von Song zu Song schwebt es im Schaffensraster alter Großmeister wie Leonard Cohen, dessen vokaler Einfluss auch jederzeit in Rezas Gesang zu erkennen ist. Im richtigen Maße werden Tasten wie Saiten ins musikalische Arrangement addiert und auf diese Weise eine tragisch-schöne, aber stets elegante Atmosphäre im Wechselspiel akustischer Intimität und wilder elektrischer Exzentrik geschaffen. So wird "Flying girl II" mit den Tönen eines gestrichenen Cellos eröffnet, bevor eine fast infernalische Hammond-Orgel das Ruder übernimmt und den pulsierenden Rhythmus anführt. Bei "Love goes on" lässt Reza den Kehrvers von einer gefühlvollen Damenstimme begleiten, gibt ein wenig mehr Tempo hinein und erschafft aus dem bekannten Go-Betweens-Stück in liebevoller Manier einen neuen Popsong. Die Aussagen des Albums bewegen sich dabei im Spannungsfeld individuell-gesellschaftlicher Relevanzthemen. Dabei folgt auf jede unschöne Erkenntnis eine kraftvolle Durchhalteparole, die jedweder Trostlosigkeit zuvorkommt, indem sie einen mehrfarbigen Hoffnungsschimmer skizziert. Auf's Herrlichste schließt sich "Monkey's laughter" bekannter Smiths-Semantik an und tritt nach dem Motto "Hater's gonna hate" auf, welches selbst niemals beleidigend wird und hoffnungserhaltend in den Arm nimmt. "Shame on you" beginnt unangekündigt anklagend, greift aber im Refrain die motivierende Grundstimmung des Albums wieder auf, bis all die Aufregung in einem akustischen Spektakel kulminiert und tiefen Eindruck hinterlässt. Mit "Supermaan" wiegt Dich Reza in den Schlaf und lässt Dich an anderer Stelle wieder aufwachen. Reza beklagt das eine Mal ausufernd und bejaht im Späteren wieder schallend. "Supermaan" schleicht sich langsam an und steht plötzlich direkt vor Dir. Dabei wirkt all das weniger inszeniert denn ad hoc entstanden, intuitiv, natürlich, unwillkürlich, romantisch. "Supermaan" ist ein Stück Musik, welches sich sukzessive entwickelt und schließlich erblüht, sich auf einmal manifestiert und auf diese Weise unvorhersehbar packend ist. Womöglich ist genau das Rezas Superkraft: zu zaubern, wenn keiner damit rechnet. Pascal Bremmer January 2013

image filet gras
logo musikreviews.de

Dieses Album ist eine musikalische Reise für den Zuhörer.

Reza ist ein französischer Singer-Songwriter iranischer Herkunft, der intelligente Texte mit einem eingängigen Sound verbindet. So auch auf seinem aktuellen Album „Supermaan“. Der Titel kommt aus dem Niederländischen und bedeutet "Vollmond". Das passt sehr gut zum Vorgängeralbum von Reza, welches den bezeichnenden Namen „Moonless“ trägt. Das aktuelle Album wurde Mithilfe von Crowdfunding auf die Beine gestellt. Ein Rezept, das auf der ganzen Linie aufgegangen ist. Auf den ersten Blick klingt dieses Album wie ein klassisches Folk-Album. Aber dieser Eindruck täuscht, bzw. dieses Album bietet viel mehr als das. Reza hat keinerlei Berührungs-ängste, was musikalische Genres anbelangt. Aber eine Tatsache zieht sich durch alle Songs auf „Supermaan“. Es ist große Musikalität und das große Gespür von Reza für musikalische Arrangements. Dieses Album ist eine musikalische Reise für den Zuhörer. Steffie Sallieri February 2013

image filet gras
logo albumcheck.de

Irgendwie schafft es Reza intuitiv einen gewissen Spannungsbogen aufzubauen, der den Hörer verzaubert.

Es ist sicherlich schon einige Zeit her, dass der französische Singer-Songwriter Reza sein Werk “Supermaan” auf den Markt gebracht hat. ”Supermaan” hat nichts mit der Heldenfigur “Supermann” zu tun, obwohl der Verdacht naheliegend wäre.  “Supermaan” wurde mithilfe von Crowdfunding produziert. Mittlerweile kein Einzelfall mehr. Greift man doch gern als Künstler darauf zurück. Und es scheint, als würde Reza ein klassisches Folk-Album präsentieren. Die musikalischen Arrangement sind filigran gestaltet. Die Stimme des Sängers kommt ebenso gut zur Geltung, wie die einzelnen Instrumente-Protagonisten.  Neben dem tragisch-melacholischem Beklagen bringt Reza doch noch eine große Portion positives Lebensgefühl mit ins Spiel. Dabei geht es nicht nur um gesellschaftliche Themen, eigene Träume, sondern auch um Durchhalteparolen und irgendwie auch um Liebe. Und irgendwie erinnert es ein wenig an Morrissey, was da so aufgetischt wird. Irgendwie schafft es Reza intuitiv einen gewissen Spannungsbogen aufzubauen, der den Hörer verzaubert. Reza setzt auf Natürlichkeit und Romantik, ohne einschläfernd zu wirken. Trotzdem wärmt er einem das Herz. Zwar ist “Supermaan” nichts für “schnelle” Hörer, sondern verschafft dem Ohrenzeugen doch etwas Zeit und Raum, sich dem “Leben” zu widmen. Eher anspruchsvoll, aber trotzdem toll. January 2013

image filet gras
logo tantepop.de

Man kann dieser Band also keine Belanglosigkeit vorwerfen, das wäre ja auch Blödsinn. Stattdessen sollte der gemeine Musikhörer anerkennend nicken und sich denken, dass Reza mit seinen süßen Melodien, die ja doch auf Supermaan überwiegen, mal kurz jeden um den Finger wickeln kann und dabei nicht an Inhalt verliert.

Der gute Mann da auf dem Plattencover wirkt zwar wie eine Statue, so wie er da im Profil abgelichtet ist. Staubig oder altbacken klingt seine Musik allerdings mal gar nicht. So sind wir froh, dass wir hiermit (wie wir finden, es viel zu selten passiert) einen französischen Künstler nahegelegt bekommen haben, der zwar nicht in seiner Landessprache, sondern auf Englisch singt, der das große französische Talent zu zuckersüßer Popmusik allerdings in keiner Sekunde seines nun auch schon dritten Albums Supermaan verloren hat. Magnifique! wie man da wohl am Besten rufen sollte. Gut, an der Nachahmung der französischen Lebensfreude versuchen wir uns jetzt auch nicht mehr. Bei dem gerade herrschenden grau-in-grau-Wetter würde es auch nur nach hinten Los gehen. Was stattdessen eher zu betrachten ist, ist die wunderschön unaufgeregte Musik, die die Band Reza um ihren Sänger Reza Hatami auf Supermaan rund um melancholische, manchmal auch leicht ironische Texte verpackt haben. Warum genau das Album eigentlich so heißt, wie es heißt, und warum es so geschrieben wurde - unser investigativer Journalismus brachte uns nicht auf eine Antwort. Vielleicht sollte man aber auch ehrlich genug sein, einzugestehen, dass man es eigentlich gar nicht so genau wissen wollte. Immer dieser Schnickschnack um jegliches Kontextwissen! (Gut, manchmal ist das ja schon spannend. Gerade haben wir uns dem allerdings verweigert.) Der gute Reza und seine Freude haben auf dem nun im Dezember erschienen Album zehn wirklich schöne Lieder arrangiert, die sich irgendwo in ihrer beinahen Zerbrechlichkeit verlieren und mit seltsamen, elektronisch erzeugten Geräuschen überraschen (Playground) oder auch einmal bestgelaunt und von einer Mandoline entschieden nach vorne getrieben davon erzählen, dass es halt auch weiter geht (Love Goes On). Hach, so eine Leichtigkeit möchte man auch mal an den Tag legen. Vielleicht liegt es ja gerade am grauen Wetter, dass das nicht geht. (Ja, dieses Wetter ist ein entscheidender Faktor gerade im Moment.) Was allerdings fast noch ein Stück weit auffallender ist, ist das von Vorwürfen getriebene Shame On You. Nicht nur ist es fast ein wenig niedlich, wie die eigentlich eher dem Bariton sehr zugeneigte Stimme Reza's hier zum einen ihren französischen Akzent nicht verdecken kann (warum auch!) und gar nicht mehr so ruhig und gelassen wirkt, wie zuvor. Aber nicht etwa, dass das Lied von Vorhaltungen einer verflossenen Liebe oder gemeinen Freunden gewidmet wäre. Nein, wir lernten ja bereits, das Leben und die Liebe gehen auch so weiter. Shame On You ist ein Vorwurf an einen jungen Mann, der nicht in der Lage ist, ein guter Soldat, ein guter Jäger und schon mal gar nicht ein guter Vater zu sein. Und wenn man sich da fragt, warum man einem Menschen denn nicht auch mal Fehler eingestehen kann, wird klar, dass der Vorwurf eigentlich denjenigen gilt, die die Vorwürfe machen: "Now you’re running out of time / Hurry up / Glancing at your watch / So what? / If you don’t fix the time in your mind / Just take a good look at the truth / And then close your eyes / Sickened with guilt / This is how you’re going to end" Schwere Kost, in leichte Melodien verpackt. Ist da auch etwa der Protagonist mit dem Sänger gleichzusetzen? Auch wenn nicht - die Situation des beschriebenen Mannes löst Unbehagen aus. Und zeigt die Schwierigkeit auf, alles gleichzeitig zu sein, es allen recht zu machen und dann auch noch mit seinem Gewissen umzugehen. Im letzten Stück Killer wird man gar mit der Figur des Soldaten konfrontiert. Oder zumindest einer Person, die getötet hat, damit nicht umzugehen vermag und sich selbst einzureden versucht, dass es ja schließlich zum Beruf gehöre. Man kann dieser Band also keine Belanglosigkeit vorwerfen, das wäre ja auch Blödsinn. Stattdessen sollte der gemeine Musikhörer anerkennend nicken und sich denken, dass Reza mit seinen süßen Melodien, die ja doch auf Supermaan überwiegen, mal kurz jeden um den Finger wickeln kann und dabei nicht an Inhalt verliert. January 2013

image filet gras
logo rezensator.de

REZA - Supermaan

Supermaan ist der Titel eines Albums des Singer Songwriters Reza. Offiziell wurde das Album Ende 2012 vorgestellt. Reza ist Franzose mit iranischen Wurzeln. Musikalisch orientiert sich Reza nach eigenem Bekunden an Vorbildern wie Leonard Cohen und Morrissey. Das klingt sehr traditionell, weniger traditionell ist die Form der Produktion. Reza ist ein Nischenkünstler, der sich Live wohl einigermaßen durchschlagen kann, für den CD-Produktionen aber eine gewaltige Hürde darstellen. Für das Album fand er zunächst keinen Vertrieb, nahm dann die Unterstützung von microcultures in Anspruch und ging den modernen Weg des crowdfunding, d. h. Interessierte unterstützen den Künstler finanziell bei der Realisierung einer Sache. Das ist ein interessanter Weg, auf lange Sicht vielleicht sogar der einzig gangbare Weg für weniger bekannte Künstler. Alleine diese Tatsache nötigt solchen Projekten Respekt ab und macht sie unterstützenswert. Ungeachtet dessen darf man bei einer Besprechung solche Faktoren nicht über den musikalischen Gehalt stellen. Denn ganz nüchtern betrachtet legt Reza musikalisch nichts umwälzend Neues vor und durch den monotonen Cohen-ähnlichen Gesang entwickeln sich selten extreme Spannungsbögen. Immerhin bleibt Reza musikalisch nicht in ewig gleichen Mustern hängen. Songs wie Playground, Minus Two, Monkey's Laughter oder The Killer wirken zwar sehr getragen und mit dem monotonen Sprechgesang manchmal etwas langatmig. Mehr Groove bekommen The House Near The Airport und Love Goes On ab, die Gitarrenparts erinnern an Wicked Games Atmo-Sounds. Das ist schon etwas anderes, dennoch hört sich das noch ziemlich unspektakulär bis brav an. Etwas mehr Mut zu abgefahrenen Sounds beweist Reza auf A Day Of My Life mit seinen stellenweise psychedelisch klingenden Sounds. Diese Sounds wirken in den Song Gone For Good hinein, das klingt wie in Mix aus Indie-Folk mit Cohen Stimme. Auch Shame On You stellt ein paar abgefahrene Sounds bereit, das Grundthema des Song jedoch wirkt äußerst eingängig und kommt einem auf Anhieb sehr bekannt vor. Outstanding Track des Albums ist m. E. Flying Girl II. Obwohl Reza auch hier viele traditionelle Motive nutzt, wirkt der Song in der Gesamtkonzeption doch sehr zeitgemäß. Reza ist ein relativ traditionell auftretender Singer Songwriter. Die Roots wurden genannt, gesanglich orientiert sich Reza ganz klar an Leonard Cohens Sprechgesang. Er bespielt damit ein Feld, in dem es mehr um Stimmungen als um Innovationen geht. Von daher darf man sicherlich verzeihen, dass sich Reza in großem Maß an bekannte Konzepte und vertraute Motive hängt. Allerdings muss er mit dem Direktvergleich Reza – Leonard Cohen leben. Da wird es etwas eng. Cohen lotet mit seiner Art Sprechgesang emotionale Grenzen aus. Wo es bei Cohen durchaus mal sonor klingt, bleibt Reza gesanglich zu oft in eher monotonen Mustern hängen. Das wiederum kann ermüdend wirken. Etwas mehr musikalische Abwechslung, wie auf Flying Girl II angedeutet, hätte daher dem Album m. E. gut getan. MP January 2013

image filet gras
logo musikreviews.de

Si Reza ne s’est pas transformé en Supermaan, il réussit bien mieux que ça : il s’impose sans super pouvoir, avec grâce et talent.

Tout un programme derrière ce titre, qui ne cache pourtant aucun être en pyjama. Reza et son groupe ne sont pas des inconnus : le Franco-Iranien et ses acolytes avaient déjà fait parler d’eux en sortant Moonless il y a trois ans. Les revoilà avec un nouveau disque sorti avec la complicité du label participatif Microcultures. Douze chansons qui portent la patte de ce songwriter, reconnaissable entre mille. D’une voix grave et chaude, Reza Hatami guide l’auditeur dans des ambiances qui oscillent entre folk (Gone for good, Minus two) et pop (Love goes on, reprise de Go-Betweens), voire du western rock (The house near the airport). L’ensemble se distingue par sa cohérence et son élégance, et la production du disque met parfaitement en valeur la finesse des arrangements. Si Reza ne s’est pas transformé en Supermaan, il réussit bien mieux que ça : il s’impose sans super pouvoir, avec grâce et talent. MICKAËL CHOISI

image filet gras
logo musikreviews.de

Mâtinant sa discrète élégance d’arrangements blues à l’intimité confondante, Reza donne une heureuse suite à Moonless

Reza Hatami est un songwriter franco-iranien, se délectant de Paris mais s’inspirant de la beauté irréelle et sensationnelle d’un grand ouest américain autrefois arpenté par les solipsismes country-folk de Calexico ou Giant Sand. Mâtinant sa discrète élégance d’arrangements blues à l’intimité confondante, Reza donne une heureuse suite à Moonless (2009, French Toast) et sort ce lundi 30 avril son troisième album, Supermaan, coproduit par le label associatif French Toast et Microcultures, adepte des préventes participatives (Soltero, Songs From Another Room). Si le single en écoute ci-dessous est le fruit d’une nouvelle collection de singles numériques initiée par la structure parisienne sus-citée, l’aboutissement d’un tel projet requiert votre participation, pour peu qu’il sonne aussi juste à vos oreilles qu’aux nôtres. MICKAËL CHOISI

image filet gras
logo musikreviews.de

Petit à petit, Reza fait son nid. La force tranquille d’une folk pop bien sentie devient un songwriter qui compte. Supermaan ou l’album d’un super-héros normal

Petit à petit, Reza fait son nid. La force tranquille d’une folk pop bien sentie devient un songwriter qui compte. Supermaan ou l’album d’un super-héros normal. Mine de rien, le choix d’une reprise n’est jamais innocent : il témoigne à la fois du bon goût supposé de celui qui reprend et de la filiation qu’il souhaite donner à sa propre création. Dans le cas de Reza et de son nouvel album, c’est Go Betweens et son Love Goes on qui sont à la fête ; un manifeste pour une pop mélodique ligne claire que le Français agrémente de légers vibratos. Ce type de morceaux pop-folk, Reza est capable de les reprendre, il est aussi capable de les écrire (Shame on you ou Monkey’ s laughter montre ce qu’aurait pu donner la pop des Smiths s’ils étaient nés dans le Midwest ) Album après album, Reza s’affirme. Avec Moonless, son précédent album, un groupe s’était formé autour de lui ; il est toujours là, toujours aussi brillant dans une subtilité de jeu et de ton. Pour Supermaan, Isabelle Casier (Pollyanna) se joint parfois à la bande, amenant une indispensable touche féminine dans les vocaux. Vocalement justement, le Franco-Iranien n’a jamais été autant à son meilleur, n’ayant pas peur de lâcher quelques jolis trémolos à la Chris Isaac sur Minus Two. La plupart du temps, il reste dans un spectre certes étroit mais qu’il manie avec finesse et sensibilité. Pour le reste, faisant suite au sage Moonless, bien sous tout rapport mais un peu trop bon élève, Supermaan assume quelques prises de risque. Cela nous vaut quelques perles où Reza pousse un peu plus loin les climats calmes et mélodiques qui traversent depuis le début sa musique. Sur Shame on you, la guitare électrique et électrisante n’a pas peur de s’énerver, venant troubler la sérénité mélodique du morceau. A Day in my life ose un Fender Rhodes saturé pour un résultat moins bien éduqué que le reste. Quant à Flying Girl II, il détonne totalement par rapport au Reza folk et aérien que l’on connaît bien (et qui donne ici d’autres exemples de ce talent proche de Lambchop) et même par rapport à ce visage plus pop que naguère. C’est bel et bien un clavier rutilant qui prend possession du morceau, le rend enlevé et hâbleur : Reza est naturellement élégant et mesuré dans son propos et un soupçon – infime, qu’on se rassure ! – de vulgarité ne fait pas de mal pour dynamiser (dynamiter ?) une image polie et discrète. D’ailleurs, ce flying Girl existait déjà sur Broken Kite, le premier album de Reza ; preuve que le songwriter a évolué et se permet aujourd’hui ce qu’il s’interdisait avant. L’homme progresse dans tous les sens du terme. Denis Zorgniotti

image filet gras
logo musikreviews.de

"Grâce à son excellente tenue générale, l'agence de notation sefronia.com accorde généreusement un "triple A" à "Supermaan".

A l'occasion de son troisième et meilleur disque, Reza Hatami se montre pour la première fois sur la pochette ; bien que le groupe sonne parfaitement sur "Supermaan", c'est à une vraie dimension de songwriter à laquelle Reza accède. La méthodique montée en puissance des trois premiers titres pose le décor : à l'image de la lourde couleur rouge dans laquelle baigne la photo du disque, l'ambiance est feutrée, avec une rythmique aux balais et un soundscape mouvant (guitare électrique, cordes) en toile de fond. C'est d'une grande élégance, qualité qui se fait sentir sur tous les titres sans que la retenue ne soit surjouée. L'atmosphère de "The house near the airport" est très réussie, grâce au travail sur les harmonies et la contrebasse appuyée de François Fuchs. Reza livre ensuite une reprise respirant l'aisance de "Love goes on" (Go-Betweens) – une madeleine, même pour ceux trop jeunes à la sortie de "16 lovers lane" (1986). Avec une indispensable voix féminine (Isabelle Casier de Pollyanna), c'est une version pleine de coeur et d'allant. Reza Hatami montre aussi d'autres registres d'expression dans sa voix, moins uniformément grave qu'auparavant ("Minus two"). Il s'en sert particulièrement pour incarner des personnages ("Gone for good", "The killer") à la première personne : un talent de conteur d'histoires bien accompagné par la guitare fil rouge, ligne claire et réverbérée, de Jérôme Pichon ("A day of my life", les harmoniques qui giclent du chahut sur "Shame on you", le riff délicat de "Monkey's laughter"). "Flying girl II" offre une nouvelle jeunesse à "Flying girl", une chanson parue en single en 2007. C'est peut-être parce que je la connaissais déjà qu'elle ne trouve pas sa place ici à mes yeux, un titre rêche qui casse trop le rythme globalement mid-tempo intimiste qui précède. On a le sentiment que Reza trouve sa personnalité musicale avec ce disque, qui verse moins dans les canons folk-rock un peu trop balisés de"Moonless" (2009) et arbore une coloration nettement plus pop. Grâce à son excellente tenue générale, l'agence de notation sefronia.com accorde généreusement un "triple A" à "Supermaan". Jérôme Fiori . Note: 8.5

image filet gras
logo musikreviews.de

Sans costume de superhéros ridicule, Reza prend son envol avec un disque en tous points superbes, celui d'une plume superbe qui pioche élégamment dans la pop et le folk.

Reza a signé en 2009 le beau disque "Moonless", et l'on s'était dit que l'on surveillerait de plus près ce songwriter et son groupe, voir si les belles promesses d'un soir sans lune allaient être suivies et tenues. Voilà maintenant qu'il est question d'un "Supermaan", propulsé par la vaillante équipe de Microcultures. Et le résultat est là, tout chaud, tout beau. Et qu'il est bon de retrouver cette voix chaude, moelleuse qu'a Reza ! C'est exactement ce qui convient à sa musique, à la croisement de l'alt-country, de la pop et du folk. "Supermaan" est un disque qui respire, un disque qui ouvre sur de grands horizons tout en collant au corps, romantique sans jamais trop en faire. Il y a un réel plaisir à suivre le songwriter dans ces chansons au format toujours court, mais qui contiennent toujours des pépites, tantôt mélodiques, tantôt stylistiques. Chaque chanson est une caresse, véhicule une vraie douceur, avec des arrangements riches et une production soignée (on entend parfois chaque corde de guitare, la richese instrumentale est canalisée pour en pas étouffer les chansons). Très cohérent dans son ensemble, "Supermaan" se compose d'une belle collection de chansons, avec des ambiances qui oscillent entre le western bien intentionné ("The House Near the Airport", "A Day of My Life"), douceur folk ("Gone For Good", peut-être la plus belle chansons du disque, qui évoque le suicide, "Minus Two") ou pop de toute beauté ("Shame on You", la reprise des Go-Betweens "Love Goes On" qui ne jure pas du tout avec le reste des titres). Il en émane de la sérénité, quelque chose de chaleureux et qui fait se sentir bien dans cet album, qui ne tombe jamais dans la facilité. Un vrai disque de gentleman, séducteur avec la manière. Mickaël Choisi

image filet gras
logo musikreviews.de

Cet album est une réelle réussite, à la hauteur de beaucoup de ces disques pop précieux que l'on aime, à ranger aux côtés des Go Betweens et House of Love. Un disque classe… et élégant. Définitivement.

Supermaan, avec 2 a. C'est comme ça. Aucun rapport avec le personnage de chez Marvell en tout cas ni, à ma connaissance, de référence à bollywood (ça ne vous évoque pas le titre d'un film de super héros à Bollywood, vous ?). Rien d'un super héros chez Reza, non. Réservé et modeste, il n'a pas pour mission de sauver le monde mais nul doute que ce nouvel album sauvera quelques âmes. Entouré d'un excellent groupe, Reza est un noble faiseur. Un artisan de la pop musique, celle, précieuse, que savent faire les Go Betweens, les Trashcan Sinatras et quelques autres groupes aussi cultes qu'oubliés qui furent et sont toujours de magnifiques orfèvres pop. Mais si on ne devait en retenir qu'un, ce serait assurément les Go Betweens. Pas seulement parce que Reza nous gratifie d'une très belle reprise de "Love goes on" – à la fois très fidèle et tout à fait fraîche – mais parce que l'on retrouve tout au long de Supermaan cette rondeur dans le son, cette élégance des mélodies, cette assurance mâtinée de fragilité dans la voix que l'on aimait tant chez les australiens. On retrouve aussi, notamment dans le très élégant jeu de batterie (oui, beaucoup d'élégance dans cet album, désolé pour la répétition) qui rappelle parfois celui de John Convertino avec ses grands mouvements de balais, sa gestuelle toujours très fluide et posée. Fluide et posée, c'est également ce que l'on pourrait dire de la voix de Reza. Ronde et charmeuse, Reza ne la pousse jamais dans les extrêmes tout en offrant une belle palette d'émotions de la magnifique "The Killer" qui ferme l'album au beaucoup plus puissant "The house near the airport". Un regret cependant, les seulement 10 titres pour tout juste une grosse trentaine de minutes passent bien trop vite sur notre platine et le mode "repeat" est vivement conseillé. Cet album est une réelle réussite, à la hauteur de beaucoup de ces disques pop précieux que l'on aime, à ranger aux côtés des Go Betweens et House of Love. Un disque classe… et élégant. Définitivement. David.

image filet gras
logo musikreviews.de

"iil giusto accompagnamento per certe fredde serate invernali"

Poco si sa di questo Reza Hatimi, cantautore franco-iraniano, nato a Teheran, trasferitosi in un primo momento oltreoceano a New York dove ha vissuto vari anni, perfezionando tre le altre cose il suo inglese per poi raggiungere Parigi e la Francia, scelta come patria d’adozione. Con questo “Moonless” arriva al sospirato disco d'esordio, dopo qualche singolo ed e. p. usciti nell’indifferenza totale: qui il Reza è supportato da validi strumentisti quali Pierre-Hean Grappin alla batteria, Gonzague Octaville al basso, il chitarrista Boris Kohlmayer e da Stephane Garry alle tastiere. Ci troviamo di fronte ad un disco molto ben confezionato, a cominciare dalla splendida copertina retrò, con un suono pulito, linee melodiche perfettamente prodotte e la bella voce del solista che domina l'intero lavoro. Tutto il disco è molto rilassato e tranquillo, dall'apertura della bella Why e dalla seguente Child, entrambe vocalmente debitrici dello Steve Kilbey dei Church australiani, oltre che dei vari eroi lo-fi che popolano l'attuale sottobosco indie-folk. Rain a ruota è un altra ballad molto triste e malinconica, splendida è pure la seguente Desert Land con un bel refrain e con un sound di violino e slide molto country oriented; The Letter (non quella di Alex Chilton), è una song che rimane facilmente in testa, uno dei vertici di Moonless. Il resto dell'album scivola via piacevolmente senza particolari cadute di tono, in un clima disteso e sognante, forse una certa uniformità delle songs può rendere l'intero lavoro un pò ripetitivo, ma la bella voce di Reza rende le canzoni tutto sommato gradevoli. Da citare ancora Boozer's Talk e Waiting, splendide entrambe e molto ispirate: qui l’accostamento con Leonard Cohen non appare esagerato, con le dovute proporzioni sia chiaro. Da segnalare che nella prima edizione del disco, che tra l'altro dura appena 35 minuti, figuravano 2 bonus di cui la prima, Gone for good, è sulle tracce del migliore Neil Young acustico. Sarebbe un vero peccato far finire questo “Moonless” nell’oblio in cui vengono spesso confinate opere simili, per poi magari andare a ripescarlo fra qualche anno tra le perle dimenticate; questo iraniano ha talento, una bella e soffice voce, insomma il giusto accompagnamento per certe fredde serate invernali. Reza non sarà il nuovo messia ma teniamoceli stretti personaggi così. Ricardo Martillos

image filet gras
Moonless cover

"An album that sits comfortably alongside anything Lambchop has made"

Reza is a musical project initiated by Reza Hatami, a French-Iranian songwriter living in Paris who released this, his second album on French Toast. An album very beautiful and very sweet with a little reminiscent western side that can be likened to the Go-Betweens, Smog or Lambchop. The arrangements are lush with impeccable use of strings, banjo, tambourine, electric guitars, mandolin, pedal steel guitar giving the impression that the recording was made in Austin, Nashville or Phoenix. The beautiful visual images of “Desert Land” leads neatly into the more upbeat The Letter with a strident rhythm and twanging electric guitars. Though the French take on Country music is dressing up as cow-boys and line-dancing, Reza shows that there is a vibrant underground Americana and alt.country movement across the channel. An album that sits comfortably alongside anything Lambchop has made.

image filet gras
Moonless cover

„Die Arrangements sind durch die Bank sehr luftig, klar strukturiert, mit leichter Hand in Szene gesetzt“

Reza Hatami ist ein in Paris lebender französischiranischer Sänger, Gitarrist und Songwriter. Reza ist sein Soloprojekt, „Moonless“ sein zweites Album. Sein Gesangsstil erinnert ein wenig an Leonard Cohen, ohne ganz so düster zu wirken. Die Musik lässt des öfteren auch an Bands wie Calexico denken: folkig, zuweilen rockig, staubig – irgendwie Wüstenatmosphäre. Direkt das erste Stück „Why?“ fängt diese Pole schon gut ein. „Child“ erscheint regelrecht aufgekratzt, das Tempo zieht an, eingeleitet von Handclaps. „Rain“ hingegen bleibt deutlich ruhiger, ein wenig im Stil der Tindersticks. „Back Home“ ist wie Musik aus einem Western. Man glaubt geradezu, die Helden auf ihren Pferden aus der staubigen Ortschaft in die Weite reiten zu sehen. Die Arrangements sind durch die Bank sehr luftig, klar strukturiert, mit leichter Hand in Szene gesetzt. Mit Musik, die man ansonsten heute mit Frankreich verbindet, hat das hier jedenfalls nichts zu tun. (ah)

image filet gras
Moonless cover

„Moonless ist ein Tipp für die Fans von Calexico und Richard Thompson“

n der globalisierten Welt verwischen die musikalischen Grenzen immer mehr. Jedenfalls würde man nie darauf kommen, dass der Songpoet und Gitarrist Reza Hatami aus einer iranisch-französischen Familie stammt und in Paris lebt. Wenn man sich die englischsprachigen Songs des Albums „Moonless“ anhört, würde man eher auf Touscon/Arizona oder ein irisches Fischerdorf tippen. Reza heißt Hatamis Soloprojekt, das zwischen New Folk und Indie-Rock eine unspektakuläre, aber melodiöse Nische gefunden hat. „Moonless“ ist ein Tipp für die Fans von Calexico und Richard Thompson – und für Freunde entspannter, gitarrengeprägter Folk-Musik. (Rattay Music) (ah)

image filet gras
Moonless cover

„Erinnert in vielem an die Musik des jungen Leonard Cohen“

Das soloprojekt des in Paris lebenden iranisch-französischen Songwriters Reza Hatami erinnert in vielem an die Musik des jungen Leonard Cohen. Sowohl von der Leider fasziniert diese Ähnlichkeit, wenngleich man Rezas Folk natürlich nicht darauf reduzieren darf. Oft auch modern neo-folkin, souling rocking oder mit an Howe Gelb erinnernd. (Dust On the Tracks/Intergroove, 12/41:17)Das soloprojekt des in Paris lebenden iranisch-französischen Songwriters Reza Hatami erinnert in vielem an die Musik des jungen Leonard Cohen. Sowohl von der Leider fasziniert diese Ähnlichkeit, wenngleich man Rezas Folk natürlich nicht darauf reduzieren darf. Oft auch modern neo-folkin, souling rocking oder mit an Howe Gelb erinnernd. (Dust On the Tracks/Intergroove, 12/41:17)

image filet gras
Moonless cover

„Mestadels stillsam, vacker folkpop, och det är inte bara nostalgi“

Nostalgipop. Rezas andra platta tar mig tillbaka till skoldanser på 60-talet, när reverb på gitarrerna fortfarande var nytt och fräscht, distorsion oavsiktlig och Hammondorgel obligatorisk. Sången låter Leonard Cohen-wannabe med mikrofonen nära munnen så basen förstärks. Reza Hatimi är fransk-iransk och bor i Paris, etiketten är fransk men han sjunger på engelska med texter som också luktar Cohen. Mestadels stillsam, vacker folkpop, och det är inte bara nostalgi. Ulf Torstensson

image filet gras
Moonless cover

"This French band has a really nice style to it"

This French band has a really nice style to it. The vocals remind me of Leonard Cohen, with that low-key nearly spoken delivery. There is a nice undulating rhythm present with a nicely distorted lead guitar snaking in and out such as you might hear in a Chris Isaak song. There is a bit of laconic country and western in the mix as well, but the music still moves at a steady pace within a light rock structure. There may be a very steady pace, but the guitar work is adventurous in a subtle textual sort of way. This is a nice album that is easy to listen to, but with a lot more going on. David Hintz

image filet gras
logo musikreviews.de

„Die perfekte Platte für die Zeit nach Mitternacht“

Der französisch-iranische Sänger und Gitarrist Reza Hatami lebt in Paris und hat mit “Moonless” sein zweites Album produziert. So wirklich französisch klingt REZAs Musik aber nicht. Höchstens ein wenig Vorstadtmelancholie lässt sich ausmachen, doch die wehmütigen und hochmelodischen Songs atmen eher den Geist tiefgründiger Singer/Songwriter-Musik (das Presse-Info nennt nicht ganz zu Unrecht, aber auch nicht wirklich treffend LEONARD COHEN) und atmosphärischen Country-Folks mit einer deftigen Prise Americana. Über weite Strecken klingt „Moonless“ wie die kongeniale Fortsetzung zu STEVE WYNNs beseeltem Meisterwerk „Fluorescent“. Die englischen(!) Lyrics beschäftigen sich mit Sehnsucht, Verlust, Einsamkeit, familiärem Zusammenhalt in der Fremde; Fremdheit überhaupt und sind von treffender Schlichtheit. Das ist nicht simpel, sondern glänzt durch die Kunst der Zurückhaltung, die der Musik Chance und Raum gibt, das Ungesagte auszudrücken. Sechs der zwölf Songs basieren auf Gedichten des griechischen Autors Sotiris Vardoulakis und ergänzen REZAs eigene Texte vorzüglich. Gut steht „Moonless“ zu Gesicht, wenn das Tempo mal ein ganz klein wenig angezogen wird, wie beim countrylastigen „Desert Land (featuring H. Burns)“, dem direkt darauf folgenden, behutsam rockenden „The Letter“ und dem rumpelnden „Grey Window“. Auch das fast schon fröhliche „Child“ überzeugt. Besondere Highlights sind zudem der nachdrückliche Opener „Why?“, das todtraurige „Boozer’s Talk II“ und die intime Familienaufstellung „Rain“. Lediglich das Finale plätschert mit „The House Near The Airport“ auf Dauer etwas zu betulich vor sich hin. Ein Ausfall ist auch dieses Stück nicht, gerade der Anfang weiß zu brillieren. FAZIT: Ein Album aus einem Guss. Beherrscht lässiges Zurücklehnen ebenso wie emotionale Tiefe. Die ganz schwere Kunst federleicht zu erscheinen. Ein nachdenkliches kleines Meisterwerk, das nicht durch Gejammer nervt, sondern höchst stilsicher instrumentiert und eingespielt ist und verdammt gut klingt. Namensgeber REZA ist ein einprägsamer Sänger, dessen Stimme sich zwischen STEVE WYNN und LEONARD COHEN wohlfühlt, wobei er mehr Sänger (WYNN) als Erzähler (COHEN) ist. Die perfekte Platte für die Zeit nach Mitternacht, wenn die Brüchigkeit der eigenen Existenz auf dem Prüfstand ist, und die Seele ein wenig Balsam sowie eindringliche Kommentare vertragen kann.Jochen König

image filet gras
logo musikreviews.de

„Mit seinem eigenen, leicht verkopften Texten erlaubt Reza einen tiefen Einblick nicht nur in sein Gefühlsleben, sondern auch in seine Lebensumstände“

Reza Hatami lebt zwar in Paris, aber die zweite Seite seiner französisch-iranischen Herkunft kann er nicht leugnen. Zumindest in seiner Musik steckt etwas Staubiges, was an Irans Wüsten erinnern könnte. Aber das ist nur ein kleiner, wenn auch feiner Aspekt von 'Moonless', Rezas zweitem Album. Mit dem beweist der Sänger erneut Sinn für unaufgeregten, Country-verliebten Folk-Pop. Und für schöne Worte - aus eigener wie aus fremder Feder. Sechs der zwölf Stücke sind nämlich Vertonungen von Gedichten eines Autors namens Sotiris Vardoulakis und so reizvoll wie nachdenklich. Mit seinem eigenen, leicht verkopften Texten erlaubt Reza einen tiefen Einblick nicht nur in sein Gefühlsleben, sondern auch in seine Lebensumstände. Musikalisch passend umgesetzt ist das mal verzweifelt-melanchonisch, mal hoffnungsfroh und witzig. Aber bevor ihn etwa der beschwingte Pop von 'Child' davonträgt, lässt sich Reza immer wieder von einem besonnenen Americana-Einschlag erden. Damit eignet sich 'Moonless' zum zeitweiligen verzückten Entschweben, bei dem Rezas bedeutungsschwere, fast weise Stimme als Anker aber die notwendige Verbindung zur Realität hält.

image filet gras
logo musikreviews.de

„REZA nicht nur das deutsche Publikum, sondern faszinierte uns mit seiner einfühlsamen tiefen Stimme, seinem brilliantem, ausdrucksstarkem Gitarrenspiel und seiner ganz persönlichen Bühnenpräsenz.“

REZA ist das Soloprojekt des in Paris lebenden französisch-iranischen Singer/ Songwriters Reza Hatami. Seine Musik erinnert an den Stil Leonard Cohens und lässt zugleich an die Wüstenatmosphäre von amerikanischen Folkbands wie Calexico denken. Auf der "Songs and Whispers"-Tour im Sommer dieses Jahres überzeugte REZA nicht nur das deutsche Publikum, sondern faszinierte uns mit seiner einfühlsamen tiefen Stimme, seinem brilliantem, ausdrucksstarkem Gitarrenspiel und seiner ganz persönlichen Bühnenpräsenz. Im Januar 2011 wird dann auch sein zweites Album "Moonless" in Deutschland und vielen anderen europäischen Ländern in den Plattenläden stehen. Das Album besticht durch Musik, die mit sehr viel Liebe und Leidenschaft gemacht ist. Leise, fast unspektakulär schleichen sich die Songs von REZA in die Gehörgänge, um sich dort festzusetzen und ihre ganze Magie zu entfalten. Die Songs von REZA sind in warm klingende Arrangements verpackt, bestechen durch wunderbare Harmonien und werden von ihm und seiner Band locker und leicht swingend mit einer erfrischenden Leichtigkeit interpretiert. Auf der "Songs and Whispers" Package-Tour (u. a. auch mit den Engländern Rupert Blackman, Johnny Parry und Little Giant) besuchte REZA am 8. August 2010 auch das beliebte BALCONY TV über der Hamburger Reeperbahn und reihte sich mit seinem kleinen "Gig" in die Reihe der weltweit sehr beliebten BALCONY-Konzerte u.a. mit MUMFORD & SONS, BIFFY CLYRO u. a. ein.

image filet gras
logo musikreviews.de

"Kanske detta är en skiva som vinner i längden när melodierna fastnar i skallen"

Reza Hatami är helt okänd för mig men jag tycker att musikupplägget påminner mycket om Jesse Sykes And The Sweet Hereafter, något som jag verkligen gillar. Däremot har jag svårt för Rezas sångsätt det att pratgnola fram texten till skillnad från Jesses fantastiskt vackra sång. På låten Desert Land får han hjälp av H. Burns vilket är ett lyft. Av skivkonvolutet framgår att ”Moonless” är inspelad i Paris mellan augusti och december 2008. Reza har skrivit allt material själv sånär som Grey Window där han har haft hjälp av Stéphane Francés. Kort sagt spännande musikarrangemang med tråkigare sång. Kanske detta är en skiva som vinner i längden när melodierna fastnar i skallen. Borje Holmen

image filet gras
logo musikreviews.de

"Un deuxième album subtil et fort"

Dans le sillage dessiné et creusé par Giant Sand ou Calexico, qui mettaient en avant une certaine idée du continent américain, des groupes européens tels que Santa Cruz ou Reza contribuent à conforter ces images d'Epinal que représente cette alliance de guitares twangées et de rythmes légèrement mâtinés d'influences latines. Mais, au-delà du style, Reza arrive en 2009 avec un deuxième album (après la sortie de "Broken Kite" en 2007 et de deux EP) subtil et fort. Et Reza a surtout l'intelligence de largement diversifier le propos au cours de son album : si "Why?" ou "Desert Land" (bénéficiant de la présence de H-Burns) nous plongent en effet dans un univers proche du groupe de Joey Burns ou de Smog, "Child" se déroule comme un Belle & Sebastian de la grande époque, et les influences country et country-rock reviennent fréquemment au cours de l'album. "Back Home" s'inscrit dans cette perspective, au croisement de Gram Parsons et de Merle Haggard, telle une chanson solitaire avec pedal-steel et banjo pour seules compagnes. "Boozer's Talk II", litanie funèbre de l'album, débute par un ensemble à cordes sonnant comme une lente marche vers l'ultime voyage, impression accentuée par le rythme martial instauré par la caisse claire. On est presque déçu à la moitié du morceau lorsque l'on retombe sur des sonorités traditionnelles de l'album, j'aurais, pour ma part, apprécié que cette noirceur effrayante du début du morceau se prolonge, que Reza parte dans un grand morceau sépulcral comme pouvait en signer Leonard Cohen. "Falling From Grace", avec ses intonations à la David-Ivar Herman Düne, et "Grey Window", par ses accents pop, sa guitare lumineuse et son rythme (presque) chaloupé, font sortir l'auditeur de l'état de semi-dépression dans lequel il se trouvait plongé. On espère l'éclaircie pour quitter l'album sur une note plus légère, mais Reza assène le coup de grâce avec "Waiting", qui s'annonce comme une country-song traditionnelle et presque ensoleillée, jusqu'à ce qu'un larsen métallique et urbain vienne doucement mais sûrement perturber la progression de la chanson, rendant le résultat assez dérangeant. Comme pour rappeler la nuit sans lune dans laquelle baignent toutes les chansons de l'album.Frédéric Antona

image filet gras
logo musikreviews.de

"A la lueur d'une bougie, le quatuor interprète dans la langue de Leonard Cohen un folk élégant, où l'acoustique et l'électrique pactisent en toute cordialité"

Comme il est conseillé dans les plus beaux contes iraniens, mieux vaut ne pas sortir les nuits sans lune. Et tant que 'à rester à demeure, pourquoi ne pas découvrir le deuxième album de REZA, Moonless ? Faites de mots bleus, ces dix chansons magnifient la beauté du quotidien, les jours de pluie, l'annonce d'une paternité future, le temps qui passe et l'ivresse qui va avec. Car si, comme dans le chef d'œuvre de James Gray, la nuit semble appartenir à Reza Hatami (chant, guitare, compositions), il peut se fier à ses partenaires Boris Kohlmayer (Lauter) )à la guitare, Gonzague Octaville à l contrebasse et Pierre-Jean Grappin à la batterie (autrefois aperçu chez Sébastien Schuller ou Holden)... A la lueur d'une bougie, le quatuor interprète dans la langue de Leonard Cohen un folk élégant, où l'acoustique et l'électrique pactisent en toute cordialité. Et lorsque, perdu en plein Desert Land, Reza partage le micro avec H-Burns, la magie opère comme toujours avec le chanteur valentinois. En confiant les manettes à Stéphane Garry (alias Pokett), Reza souhaitait se rapprocher du son de Calexico ou des Go-betweens. Un humble ouvrage de coeurs va(c)illants... Renaud Pulik

image filet gras
logo musikreviews.de

"REZA sur l'avenir"

Il est des rencontres qu'on rate sans savoir qu'elles auraient boulversé votre vie. Reza en est. Chanteur franco-iranien, son premier opus, Moonless est votre avenir. Ses titres, entre instantanés folks et sciences pop, accompagneront avec délice vos amours de vacances. Et peut-être même plus... B.C.

image filet gras
logo musikreviews.de

"La voix suave du chanteur franco-iranien évoque celle de Stuart Staples"

Edgar Varèse disait ne pas voir d'intérêt à proposer au public ce qu'il connaît déjà. On a beau entendre des opinions plus mitigées, il n'empêche qu'on se pose parfois la question à l'écoute de cet album, le deuxième, de Reza. Et c'est assez dommage, car en termes de folk de cow-boy errant au crépuscule, le disque tient plutôt la route. Il peut faire penser à Holden, et la voix suave du chanteur franco-iranien évoquer celle de Stuart Staples (Tindersticks). Seulement, tout ça reste d'un classicisme achevé et assez bon enfant. On ne va évidemment pas reprocher à Reza Hatami son apparente recherche de la chanson idéale, qui s'inscrit dans la lignée tout à fait honorable de Calexico (dont s'inspire agréablement le titre 'Why ?'), en s'appropriant les thèmes d'un western lancinant. Les instruments typiques sont d'ailleurs de la partie : mandoline (' The Letter'), banjo (' Back Home'), ou pedal steel (' Falling from Grace'). Un titre comme 'Boozer's Talk II' mérite qu'on s'attarde à son refrain de condamné à mort, et la ballade 'Waiting' clôt l'album avec une franche lampée de Leonard Cohen du plus bel effet. Pourtant, malgré ces qualités, on a quand même davantage l'impression d'être tombé sur la bande-son de 'Danse avec les loups' (les morceaux 'Child' ou 'The Letter') que sur l'âpreté d'un film de Fuller ou Peckinpah. C'est déjà bien, certes, mais l'on souhaite à Reza d'aller vers des arrangements plus décharnés, et d'évacuer les orchestrations convenues qui alourdissent un titre comme 'Grey Window' et le banalisent. Sans doute lui manque-t-il encore une certaine rugosité, ou cette rusticité qui rend si attachantes les chansons de Will Oldham. N'en déplaise à Jolly Jumper, les cow-boys élégants et flegmatiques ne sont pas forcément les plus excitants. Alexandre Prouvèze

image filet gras
logo musikreviews.de

"Un gros coup de coeur"

Si je devais bosser dans une agence de pub, qui aurait été diligenté par le label de Reza pour promouvoir la sortie de « Moonless », j’aurais signé une accroche comme celle ci « Si Kat Onoma était notre Velvet, Reza sera notre Calexico ». Comme un publicitaire de province, qui ne penserait pas par exemple au Moldy Peaches ou à Cocoon pour vendre de la lessive ou des voitures, j’aurais une culture musicale sommaire, et j’aurais presque oublié que Kat Onoma pouvait se balader à Tuxson, et que surtout qu’un disque ne se limite pas à un titre, le « Why ? » pour ne pas le nommer. Après, quand on pense au gâchis autour du gang de Burger on peut craindre pour Reza. Car si Strasbourg c’est le marché de noël, l’Europe et les cigognes, c’est aussi la patrie d’un des fleurons du rock français. Mais arrêtons de parler de Kat Onoma, et attardons nous sur Reza, car après une telle digression, pas toujours maitrisée, je crois perdre trois lecteurs à la ligne. « Moonless » a des contours multiples, noyant les comparaisons possibles avec l’eau du bain du morceau précédent. Le ciment c’est cette voix, qui n’est pas sans rappeler le papa de »Meteor Show » (eh gdo tu arrêtes). L’autre point de jonction, c’est cette façon de balader une folk music désabusée entre des buildings. Pas de grands espaces à proximité, donc on rêve, et on monte des échafaudages pour scruter un possible horizon, duquel on cherchera un ami (Desert Land), pour chanter des chansons aussi tristes que pleines d’espoir. Immodérément mélancolique, ces titres s’enchainent avec une énergie évidente. ‘The Letter » suggère une escalade qui, même sans concrétisation, anime nos pas et nous donne de l’élan. Urbaine, mais capable de se muer en magnifique ballade de Cow Boy (Boozer’s Talk II /Grey Window) ayant ses chevaux en retraite, la musique de Reza cherche l’ombre quand il semble faire chaud, et le soleil quand l’atmosphère semble à se rafraichir. Le mauvais publicitaire que je ne pouvais être, aurait certainement fini par dire « Reza, ou le grand Ouest américain dans le soliloque d’une ville sans horizon ». Il faudra dés lors une bonne imagination pour visualiser, ou simplement acheter ce disque, et là le slogan est radical. Un gros coup de coeur. Gérald de Oliveira

image filet gras
logo musikreviews.de

"Un nouvel album sensible et dépaysant"

Après Broken Kite sorti en 2007, le groupe parisien Reza a sorti cette année son deuxième album. Sur Moonless (French Toast), on retrouve Reza Hatami au chant, cette fois-ci accompagné de Pierre-Jean Grappin (Sebastien Schuller, Holden) à la batterie , de Gonzague Octaville à la contrebasse et de Boris Kohlmayer à la guitare (Lauter). En dix titres aux influences folk rock, Reza a su amener les grands espaces à l'américaine en plein coeur de Paris à travers des mélodies et une atmosphère rappelant les terres désertiques de l'Arizona de Calexico ou de la Californie version Swell. Chez Reza, la folk se mêle d'un morceau à l'autre au rock et à la country, est notamment l'occasion d'une rencontre avec H.Burns pour un beau duo sur "Desert Land" et se lance dans de jolies échappées pop avec les titres "The Letter" et "Grey Window". Lors de ce voyage musical à l'américaine, Reza chante la vie de tous les jours, des petits instants pleins d'émotions glanés ici et là à travers un 'je' qui panique à la nouvelle que lui annonce sa moitié à l'heure du petit déjeuner ("Child"), qui se demande si la pluie va se remettre à tomber et aimerait savoir si ses parents étaient heureux avant de quitter leur pays ("Rain") ou qui attend désespérément au comptoir d'un bar la fin d'une nuit sans lune pour pouvoir reconduire une fille chez elle ("Back Home"). Avec Moonless, Reza livre un nouvel album sensible et dépaysant jouant tour à tour de mélancolie et de légèreté, d'acoustique et d'électrique, d'influences classiques (Leonard Cohen, Tim Buckley...) et d'inspirations personnelles pour une jolie invitation à rêver d'ailleurs. Joseffeen

image filet gras
logo musikreviews.de

"Album classieux et captivant... Recommandé !"

Album classieux et captivant pour le groupe français Reza, digne successeur de Leonard Cohen, Love, The Smiths, Lambchop, Spain et Nick Cave… Si l’on sent l’influence de ces artistes-là sur la totalité de l’album Moonless, les morceaux originaux écrits par Reza ne sont pas un plagiat, mais un joli point de départ pour composer soi-même des pop songs matinées de rock indé et de country folk. Chantés d’une très belle voix grave (à la Cohen, donc), les titres sont portés par de vraies mélodies et des arrangements hyper travaillés. Cordes, guitares électriques, banjo, mandoline, pedal steel guitar et autres instruments maniés avec talent forment un écrin idéal à l’épanouissement des chansons, qui de ce fait impressionnent encore plus durablement… Le pouvoir évocateur et la capacité à générer des émotions des compositions de Reza permettent de voyager le plus facilement du monde aux Etats-Unis, à la frontière mexicaine ou dans des paysages désertiques balayés par de fréquents tourbillons de vent. Reza Hatami, Boris Kohlmayer, Gonzague Octaville, Pierre-Jean Grappin (plus H-Burns en invité de marque sur un superbe titre) peuvent vraiment être fiers du minutieux travail d’écriture et d’arrangement accompli sur ce très beau disque. Recommandé ! Pierre Andrieu

image filet gras
logo musikreviews.de

"Desert land, en duo avec H-Burns, est la plus belle réussite dans le genre country-folk romantique. "

Pour "Moonless", son deuxième disque, Reza a choisi une direction très claire : le son sera américain, même vu d'ici, même selon l'idée que l'on peut s'en faire depuis l'autre côté de l'Atlantique. Un beau rêve - ou fantasme - auquel le groupe parvient à donner corps. "Broken kite" (2007) présentait une collection de chansons bien rodées, dans laquelle on sentait toutes les influences d'un groupe en construction, du pop-rock au folk en passant même par du rock'n roll vintage. Un apparent désordre qui tenait plus de la discothèque de fan que du musicien pro, mais personnel et très bien mis en place. Le Reza d'aujourd'hui est presque un autre groupe : changement de personnel à plusieurs postes, abandon de la charte graphique des premiers disques. Le visuel choisi est une photo sépia colorisée d'une fanfare Us (?) du début du siècle dernier ; le nom du groupe flotte au-dessus, comme l'esprit de la musique qu'il cherche à capter. Il fallait donc un nouveau son, et dans le genre on ne peut pas attendre beaucoup mieux : chaque instrument respire naturellement, l'ensemble est très bien enregistré et mixé par les soins de Stéphane Garry (Pokett). La rythmique aux balais (Pierre-Jean Grappin) et la contrebasse (Gonzague Octaville) créent un son cosy et organique. D'une voix grave, parlée-chantée presque sur le mode de la confidence, Reza Hatami parle de sentiments simples et universels, qui se rapportent sans doute à sa propre histoire. Le groupe évolue dans un registre madré, assez masculin, un genre dépeuplé depuis le dépôt de bilan des Czars ou encore Beulah. Il y a néanmoins une chanson pour faire le trait d'union avec les débuts, "Boozer's talk", qui a été réenregistrée. Elle sonne maintenant plus ample, plus grave et lente : on songe à la réappropriation de "Kathleen" de Townes Van Zandt par les Tindersticks. "Desert land", en duo avec H-Burns, est la plus belle réussite dans le genre country-folk romantique - un potentiel de tube. Lorsque la poussière du désert de la frontière américano-mexicaine retombe, on distingue les reliefs de pop-songs qui nous parlent davantage. Dans une même chanson ("Child") les guitares (de Boris Kohlmayer) peuvent aborder des registres variés, d'une fin au riff en boucle à la Johnny Marr jusqu'à des courts solos aux inflexions fifties, avec le son réverbéré qui convient. "Moonless" joue la séduction tout en finesse, avec un patient travail sur les rythmes et les accents (cordes sur "Rain", ailleurs pedal-steel, violoncelle et mandoline...). On y revient quand on a envie de la compagnie d'un travail soigné, franc, avec lequel on se découvre des affinités au fil des écoutes. Jérôme Fiori

image filet gras
logo musikreviews.de

"Des chansons qui tiennent largement la route"

Il n’est pas toujours évident de se trouver un nom de scène. Pourtant les possibilités sont infinies mais il s’agit toujours d’en trouver un qui vous colle à la peau. Parfois il n’y a pas besoin d’aller bien loin pour avoir un nom qui vous corresponde. C’est sans doute ce que s’est dit Reza Hatami en donnant son prénom au projet musical qu’il a lui-même mis sur pieds. Entouré de trois autres musiciens (Pierre-Jean Grappin, Boris Kohlmayer, Gonzague Octaville), Reza Hatami se penche amoureusement sur les vicissitudes de la vie grâce à une pop-folk pleine de clarté et de décontraction. Très classique dans la forme, flirtant parfois avec la country, se sauve grâce à la voix grave, nonchalante et très présente du franco-iranien et des chansons qui tiennent largement la route. D’ailleurs en parlant de ça, on peut bien imaginer, en écoutant Moonless, être sur la route 66, en décoptable, sous un soleil écrasant. Moonless respire l’Amérique profonde, celle des grands espaces et des plaisirs simples. Reza n’est pas dans la sophistication mais plus dans un échange humain où on peut se laisser aller, avec philosophie, à regarder la vie avec d’autres yeux. Le plus grand défaut de Moonless, et a fortiori de Reza, est son trop grand classicisme. Rien, dans ce qu’ils font ne se démarque vraiment de groupes comme Giant Sand, Tarnation, Red House Painters ou de leurs modèles revendiqués que sont Léonard Cohen ou The Go-Betweens. Pour leur défense, on pourra arguer que Reza, quitte à faire les choses dans les règles, le fait avec une belle application et un talent certain. Le quatuor est solidement armé et n’a aucune faute de goût à mettre à son profit. Moonless, bien qu’il ne soit pas transcendant, s’écoute pourtant avec un certain plaisir. Il nous permet de respirer et de se poser un peu. Pour ceux qui ont un peu d’affection pour les artistes cités un peu plus haut, il va de soi que l’acquisition de ce disque ne pourra engendrer la moindre déception. Reza est fidèle à une certaine tradition qui ne laisse que peu de place à la fantaisie. Mais là n’est pas l’important. Il ne s’agit pas ici de chercher le riff qui tue ou le passage pop ultime mais bien de s’évader et de rêver en dehors de quatre murs. L’essentiel est sauf. Fabien

image filet gras
logo musikreviews.de

"Chaque chanson nous emmène au-delà de toute espérance, vers un dépaysement total"

Prenez les 4 des 6 lettres d’Azerty à l’envers et cela vous donne Reza. Vous allez la lire plusieurs fois cette première phrase et vous allez vous dire qu'on va chercher bien loin les explications. Reza est tout simplement le prénom de l’initiateur du projet (Reza Hatami) qui est un songwritter franco-iranien. Autour de lui, des musiciens ont apporté leurs contributions comme le batteur Pierre-Jean Grappin (Sébastien Schuller, Holden), le guitariste Boris Kohlmayer (Lauter), et Gonzague Actaville à la contrebasse. "Moonless" qui sort cette année chez French Toast/Anticraft est déjà le deuxième LP du groupe après "Broken Kite" sorti en 2007 et deux EP ("Flying Girl" en 2006 et "Somebody Else’s Songs" en 2005). Les compositions de Reza sont chargées de pop électrisée sombre et de folk classieux. Les guitares acoustiques sont très souvent accompagnées de quelques solos électriques aux couleurs hispaniques (Why ?, Desert Land avec la participation de H-Burns, Back Home) rappelant Calexico dans ses meilleurs moments. "Moonless" sent bon la nostalgie, la cagne (comme on dit), le blues-saloon (Falling From Grace), sans jamais tomber dans la caricature, ni l’excès bien au contraire. Chaque chanson nous emmène au-delà de toute espérance, vers un dépaysement total où batterie et tambourins croisent guitares, banjos et violons. Par moments le groupe nous sort du folk campagnard pour nous pousser dans un alliage de pop et rock plus conventionnel, porté par la voix grave et sensuelle du chanteur (The Letter, Grey Window). Le groupe a indiscutablement de très beaux jours devant lui, tant il a trouvé une identité propre et il transpire le cachet. Cécil

image filet gras
logo musikreviews.de

"Un album très beau et très doux"

Reza est le projet initié par Reza Hatimi, un songwriter franco-iranien installé à Paris qui sort son second album sur le label French Toast. Un album très beau et très doux avec un petit côté western qui rappelle autant les Go-betweens que Smog ou Lambchop. Entouré, entre autres, du batteur Pierre-Jean Grappin (Sébastien Schuller, Holden), du guitariste Boris Kohlmayer (Lauter), il met en place des country/folk/pop songs appliquées, aux accent bluesy, desquelles ressortent des arrangements impeccables (cordes, banjo, tambourin guitares électriques, banjo, mandoline, pedal steel guitar…) qui laisseraient presque croire que ce garçon nous vient de l’autre coté de l’atlantique. Avec 10 chansons soyeuses et séduisantes Reza confirme que l’on peut encore compter sur lui pour nous transporter très loin avec sa musique. (3.5) Benoît Richard French Toast/Anticraft – mai 2009

image filet gras
logo musikreviews.de

"Reza est donc désormais un vrai groupe de pop-folk qui n'a rien à envier à ses homologues d'Outre-Atlantique"

Un peu paradoxalement, Reza Hatami est un musicien né en Orient (en Iran) mais qui ne rêve que des grands espaces de l'Ouest. Avec des musiciens parfaitement choisis (Boris Kohlmayer alias Lauter à la guitare ; Pierre-Jean Grappin, ex Holden, à la batterie et Gonzague Octaville à la contrebasse), il sort un deuxième album qui sent la poussière , le désert et les cactus. Reza est donc désormais un vrai groupe de pop-folk qui n'a rien à envier à ses homologues d'Outre-Atlantique. Moonless est plus homogène que son prédécesseur Broken Kite. Deux titres plus pop, l’enlevé The Letter et le mélodique Grey Window rappellent que Reza Hatami est fan des Go-Betweens et des Smiths. Pour le reste, tout ce tient et s’apparente à une balade nocturne dans des grands espaces des Etats-Unis. Il n’est pas surprenant qu’il ait trouvé sur sa route H-Burns, un autre amoureux de folk américain, pour un duo pur jus (Desertland). Bien fait et bien écrit, parfaitement mis en son par Stéphane Garry alias Pokett, Moonless souffre peut-être d’être un peu trop sage. Reza ne nous trompe pas sur la marchandise et d’ailleurs, Comme son nom l'indique, son album est à écouter par une nuit sans lune.